Catégorie

Dans l’oeil de Chérie Coco

Dans l'oeil de Chérie Coco

Chérie Coco : D’ailleurs & d’ici

26 février 2018
Sans titre

Même à Bordeaux, Chérie Coco, elle est d’ailleurs
Au hasard de nos déjeuners furtifs, on partage, on voyage… Comme tout le monde au fond. Mais parfois on a vraiment envie de changer le monde, le monde des cons ou de la com’, en ayant le pouvoir de modeler une autre mappemonde. Essayons d’arrêter de penser en blocs, tentons de partager autres choses que de belles ambitions ou cédons vraiment à l’appel des sirènes… Et si je rentrais chez-moi ? Et si je découvrais enfin ton chez-toi ? Faisons un pas l’un vers l’autre pour saisir notre chance. Est-ce une chance de vivre ici ? Peut-être que oui ! Pour le savoir, osons nous aventurer vers l’ailleur, partons voir à côté !

Du mouvement #2
En février, ouvrons nos coeurs, regardons l’horizon et tâchons de nous hisser haut au fil des réseaux sociaux.

Quand l’ailleurs est près d’ici, rendez-vous à Abu Dhabi
Au début du mois, après 8 ans de travaux et au hasard de quelques clics, enfin découvrir le Louvre d’Abu Dhabi : Une architecture de Jean Nouvel terminait en 2017 qui tisse un lien essentiel entre deux pays et témoigne d’une culture, d’une histoire, d’une géographie, d’un climat… Un nouveau lieu, le 1er musée universel du monde arabe qui rend hommage aux artistes et aux « esprits rebelles ». Le nouveau Louvre qui incarne l’engagement de toute une génération pour notre jeunesse, ce Louvre qui nous ouvre les portes d’un nouveau monde !

 

Escale à New-York, mais enfin pourquoi ? « Whol Why Wurld »
Pour sa première exposition new-yorkaise, l’artiste américain Jess Johnson s’est associé au vidéaste Simon Ward pour animer une série de ses illustrations en 3D. Mais, cette oeuvre représente-t-elle une simple vision du monde kaléidoscopique ou une réflexion digitalisée sur la fabrique d’esclaves que serait devenue notre société ?

Maladie d’amour, maladie de la jeunesse…
Evidemment ce 14 février, ma Chérie Coco se fait porter pâle ! Henri Salvador nous quittait il y a 10 ans et aujourd’hui tu ressens encore tous les symptômes d’une maladie d’amour.

De la culture en réaction : pour gagner en impact, on pense « du tac au tac » !
Après avoir proposé pendant 4 ans des interviews  « EN TÊTE A TÊTE » avec des acteurs culturels et des communicants, la commission Com’& Culture de l’APACOM avec le soutien de la Pure Prod change de rythme et de format. Elle passe « DU TAC AU TAC ». Prêt ? On démarre, en mode brutal, avec Pascal Rigeade, directeur du  Musée de la Création Franche à Bègles (33).


26/02 – orientations à 26°
A l’aube de la fin du mois, l’urgence du temps qui passe nous fait parfois perdre le contrôle. Chérie Coco, à moi de te faire ce cadeau… Entrons dans un LABORA3, découvrons une vague hip-hop aux influences urbaines ou une variable géométrique aux dimensions ethniques. Touchons du doigt notre rêve systémique, un monde en 3D enfin réconcilié.
Concept et chorégraphie de Sadeck Berrabah , Bouzid Ait-Atmane & Ammar Benbouzid. by @HeroesFusion

Dans l'oeil de Chérie Coco

Chérie Coco : de l’art & du bio

31 janvier 2018
w09-12-02

Elle, c’est ma doudou, comme on dit là-bas : ma Chérie Coco !
C’est aussi et désormais un nouveau rendez-vous sur la planète Zen News : Chérie Coco rime avec réseaux sociaux ! Mais pas que… Je l’ai retrouvé un soir d’hiver, au hasard des rayons d’une librairie, on osa enfin se parler. Notre discussion nous entraîna dans la rue, depuis on se suit, on se voit, on se perd parfois, mais on sait qu’on va se revoir. Même quand le temps nous compresse, nous oppresse, quand la course ne nous permet pas de nous arrêter pour nous voir, voilà qu’Esther m’envoie des cartes postales. Une relation épistolaire ? Non, non, plutôt un concours de pêche à la ligne ou de pige en ligne. Dans ces / ses  échanges on se retrouve, on nous retrouve. On passe de Chérie Coco à Chéri & Coco !
Notre amitié s’emmêle dans les fils de nos actualités et se mêle au fil des pépites du web. Au grès des pouces en l’air, des coeurs avec les doigts, voilà que j’aime ma Chérie Coco autant que ma Wando-Wanda.

TOP DÉPART #1
En 2018, prenons le rythme, le gris de janvier nous laisse entrevoir de l’art, du beau et du bio. Allumons nos écrans et ouvrons grands les yeux, il fait beaux sur nos réseaux sociaux.

Début janvier, en véritable précurseuse Marguerite Duras nous prédit l’an 2000
Loin du fantasme de Monopolis, nous voilà noyé dans l’information. Ça y est, seul au milieu de tous, nous voyons tout mais ne vivons plus. Il nous reste la mer et la lecture.

Mi janvier, pensons bio et promettons-nous déjà une chandeleur en mode detox.
Découvrons les green crêpes !

J’ai soudainement des envies de voyage. Mais j’ai la flemme ! Alors, comment s’évader sans bouger de chez-soi ? Il suffit parfois de réveiller la Belle Endormie pour retrouver Bordeaux, la Belle Envolée : une ville perdue dans la tournante de mouvements poétiques.

En cette fin de mois, arrêtons-nous pour explorer nos signes intérieurs de richesse. Chantons « cet air » exprimant la nostalgie d’un Paris et d’un Bamako qui n’existent plus, d’une légèreté qui a disparu, d’un avant et d’un après. Mélancoliques et heureux, redécouvrons M dans « Lamomali » et célébrons la vie dans sa fragilité. Evidemment, impossible de ne pas saluer le virtuose de la kora Toumani Diabaté et la grande chanteuse Fatoumata Diawara.
NB) Dernière minute, le vendredi 9 février : L’Album Lamomali de -M-, Toumani Diabaté, Sidiki Diabaté et Fatoumata Diawara a reçu le prix du meilleur album de musiques du monde aux Victoires de la Musique 2018.