Zoom

1 décembre 2010
Decembre 2010

 » What do you want for Christmas ?

just a biscuit !  »

What do you want for Christmas ?”. -Andy MILLER, 2009

Cette année j’y ai réfléchi, et face à l’angoisse de ne rien avoir à répondre, j’ai choisi d’adopter un air désabusé. Ainsi, sous un look de vieux dandy anglais, à la question : « What do you want for Christmas ? » je n’hallucinerai pas, je ne serai même pas surpris… Aujourd’hui, je réponds directement : « just a biscuit ! »… Mais pourquoi cette drôle de réponse ?


Un biscuit cru, cuit ou doré :

au moins trois bonnes raisons de le commander,

trois bonnes manières d’avoir plaisir à l’offrir.

« Le Haka Ka Maté des cookies »

Recevoir un « biscuit cru » peut paraître dénué d’intérêt, …

… pourtant le cru c’est la pâte, la combinaison d’ingrédients fondamentaux qui construit.

Si nous étions nous-mêmes des « biscuits crus », comme des âmes vives ou des corps nus ? Au quotidien nous nous immergeons, nous nous imprégnons de mille choses extérieures. Avec le temps, nous durcissons, nous nous fortifions en prenant bien garde à ne pas vieillir, pour ne pas devenir immangeables.

Alors, si ce cadeau nous parait cru, c’est aussi un merveilleux potentiel, car le biscuit cru est le seul que l’on peut transformer, retravailler ou changer : il s’agit pour nous d’évoluer pour ne pas rassir au yeux des autres !

Enfin, avec ou sans biscuit, être cru, être vrai, apparaître honnête et sans banalité, plus près du nu que du très habillé, est comme un riche cadeau proche de toutes les vérités.

Heureusement pour nous, au matin de Noël, c’est souvent « biscuit cuit » qui sera nous attendre, dans nos souliers garnis, après la longue nuit…

En effet, il apparaît comme le plus beau des cadeaux pour celui qui a su attendre, sans broncher au milieu du conflit, sa « ration de biscuit ». Il peut aussi être une délicate attention pour celui qui, comme Alain Gerbeault, peut continuer à se nourrir presque uniquement de biscuits, nourriture de corps et d’esprit à « la poursuite du soleil« .

Certes, « biscuit cuit » peut également paraître désuet, tellement la joie est courte juste de le déballer, souvent lorsqu’on le mange vite sans l’apprécier… Mais c’est ce biscuit là qui reste le plus fragile : nourriture consistante à mouiller et piler, surtout pas le casser, quand après la cuisson viendra l’heure de le rouler… A l’image d’un ouvrage de porcelaine cuit au four laissé dans son blanc mat, sans peinture ni couverte, nous sommes parfois biscuit face aux aléas de la vie…

« Elle vendait des petits gâteaux » de Felix MAYOL, 1919

chanté par Barbara avec une pensée pour Camille…

Aussi bien cru que cuit, nous pourrions, sur lui, avec cette chanson, maintenant avoir tout dit, en passant sous silence les désirs ou envies de tremper son biscuit…

Or, c’est là que de bons matins on pourrait très bien rencontrer le train des trois fameux rois mages portant de délicieux et fins biscuits dorés : présent suprême réservé uniquement aux plus sages d’entre nous. Mais, attention car si la vie n’est pas un biscuit, pour les plus chanceux il faut donc toujours se méfier de cette surprise dorée qui comme une friandise à regarder peut aussi bien s’avérer être un danger à éviter.

Ouf ! ! ! La féerie de Noël nous donne un temps de pause, une trêve de fin d’année où il nous est permis de profiter de l’insouciance, le tout en plongeant la main dans une énorme boite de biscuits, de toutes les couleurs, de toutes les formes :

  • En forme de Zoom : à la fin d’une page nous nous demandons ce qui nous motive à passer à la suivante. De même, une année qui se termine peut nous emmener à décrire ce devenir qui nous pousse à agir (billet d’humeur).
  • En forme de Veille, couleur « DOC » : cap sur « l’architecture modulaire : une nouvelle aventure avec Aquitanis » – Rosa Parks + Sylvania – (retour sur la conférence Arc en Rêve, du 18 novembre 2010).
  • En forme de Veille, couleur « COM » : retour sur le forum des études et des métiers de la communication (le 16 décembre 2010 à l’IUT de Tours) et sur le dernier Cap Com 2010 (les 1 et 2 décembre 2010 à Reims).
  • En forme de Coeur : A Bordeaux c’est enfin Noël, entre plumes et goudron, cirque et agitations, Roméo & Juliette, cotillons et trompettes : la culture est au coeur de la fête !
  • Un Portrait du Mois en forme de quoi ? Assurément en forme de choux, s’il fallait dresser le portrait de l’homme à la tête de choux – coeur de Gainsbourg, voix de Bashung, corps et entrechats de Gallotta. (du 9 au 11 décembre 2010 au TNBA – Bordeaux).
  • Perspectives entre gâteau et cadeau : découvrez « Maisons de Gironde, tome 2″, dernier opus de la collection « Architectures et Paysages de Gironde ». Un ouvrage co-édité par le CAUE de la Gironde et le Festin. (lancement le 4 décembre 2010 à Bordeaux).

Et si cette année les cadeaux c’étaient tout simplement nous

« Nous sommes des biscuits cassés de la boîte à gâteau

De vrais marginaux dans cette longue énigme

Attention à ne pas nous écraser, dans ces mains affamées

Attention à ne pas nous presser,

dans cette belle histoire d’amour »

joyeux noël

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Répondre