Zoom

Est-ce vraiment mieux chez Keith & Anita ?

18 mai 2013
Keith-Richards-and-Anita-Pallenberg

… Perso, je ne crois pas !

 

Perdu dans la « Nuit des Musés« , au milieu de choses intenses qu’il s’agit d’observer, choses trop vivantes pour les saisir parfois… Nous revoilà !
Je me revois prendre la température d’un « Printemps des Poètes » teinté d’une pluie à 23°C et vouloir brusquement me préoccuper du moral de la France… Comprendre, voilà encore et toujours une idée me plaît !
Mais attention, pour ne pas sombrer dans le misérabilisme évoquant la crise, ou une simple métamorphose qui génère de l’inquiétude, le Zen News préfère nous parler ou plus justement parler de nous. Au fond, ici, peu importe
l’état du pays… Ouf, une nouvelle fois sauvés par notre égo, on en vient à se poser d’autres questions :
Dans ce contexte perturbé, face à ces constats fluctuants, sommes-nous finalement les hommes de la situation ? Et nous dans tout ça, où sommes-nous ? et où en sommes-nous vraiment ? « … Dans une poubelle, le nez au ciel… Dans un hôtel au Sofitel… dans un brouillard, au fil de l’eau… à Zanzibar ou à Bordeaux« 
Tout l’enjeu serait alors de se situer pour mieux se cerner, pour ne pas perdre son intégrité ! Difficile ? Pas vraiment… Inutile de choisir un camp pour obtenir la solution, d’ailleurs le Maestro le chantera
bientôt à la radio : « Soit tu es l’un ou soit tu es l’autre, t’es un homme ou bien tu péris, tu peux choisir de ne pas être, de simplement pousser ce cri : ni l’un ni l’autre, je suis, j’étais et resterai moi« . Ainsi, enfermé dans
nos délires introspectifs, en politique comme en classe publique, on se retrouve parois où l’on veut  et toujours où l’on peut. Il se trouve qu’on aime souvent se poser où tout est tranquille, à l’ombre du fracas et où la vie scintille, où il fait finalement bon d’exister. Bref, il faut bien l’avouer, nous sommes de plus en plus nombreux à préférer être en paix.
Comment et pourquoi ?… cette quête se fait souvent de manière inconsciente mais jamais sans adjuvant. Sur ce point, pour le « avec qui » et « avec quoi » on peut toujours compter sur Charles et Diana, sur Pimprenelle et Nicolas, sur Keith et Anita, ou même sur Bernard et Bianca… compter sur l’espoir ou d’autres trucs comme ça.
On quitte souvent le bien pour aller vers le mieux, mais quand tout va trop vite, on peut oublier de regarder autour de nous et s’oublier dans un monde qui ne nous ressemble pas. Alors est-ce qu’on est vraiment mieux chez Keith & Anita ? Difficile de répondre à Carla, nous ne savons plus ou ne savons pas… Et si nous en étions déjà plus là ?

 

Emportez par la vitesse du mois de mai, offrez-vous un monde à nuancer :

 

  • CÔTÉ ZOOM / évolutions et évaluations des actions de communication : heureux qui communique, et on se moque bien au fond de savoir à qui ? pourquoi ? On aime faire le buzz et penser au court terme et pourtant prenons garde à ne pas oublier que  les pas les plus grands se font toujours en réfléchissant… #humeur.
  • CÔTÉ COEUR / « je ne t’ai pas suivi, je t’ai trouvé, c’est totalement différent » et si vous acceptiez de vous faire accompagner « le temps d’une aventure« . Le dernier film de Jérôme Bonnel avec Emmanuelle Devos et Gabriel Byrne.
  • PORTRAIT DU MOIS / Jacques PFISTER, grand patron de la Chambre de Commerce  et d’Industrie de Marseille et Président du collectif MP 2013, rêve en grand et partage notre engagement capital pour la culture. [à retrouver dans Faces B – N°4, p.32-33]
  • CÔTÉ VEILLE / Au fil d’un rêve « Triple C » : entre Connaissances, Culture et Communication…

  • Laissons parler les Réseaux Sociaux

 

 

 

 

 

« Danser le printemps à l’automne »

 

 

Quand début mai, « MY Global Bordeaux » rejoint « Papotiche » : Le sujet est vin chaud bouillant  !

 

 


Comme au mois de Mai, il n’y a pas de mai(s), aucune raison pour s’arrêter… 

RÉFLÉCHISSEZ un peu et AVANCEZ au mieux !

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Répondre