All Posts By

Nicolas Chabrier

Dans l'oeil de Chérie Coco

Chérie Coco : D’ailleurs & d’ici

26 février 2018
Sans titre

Même à Bordeaux, Chérie Coco, elle est d’ailleurs
Au hasard de nos déjeuners furtifs, on partage, on voyage… Comme tout le monde au fond. Mais parfois on a vraiment envie de changer le monde, le monde des cons ou de la com’, en ayant le pouvoir de modeler une autre mappemonde. Essayons d’arrêter de penser en blocs, tentons de partager autres choses que de belles ambitions ou cédons vraiment à l’appel des sirènes… Et si je rentrais chez-moi ? Et si je découvrais enfin ton chez-toi ? Faisons un pas l’un vers l’autre pour saisir notre chance. Est-ce une chance de vivre ici ? Peut-être que oui ! Pour le savoir, osons nous aventurer vers l’ailleur, partons voir à côté !

Du mouvement #2
En février, ouvrons nos coeurs, regardons l’horizon et tâchons de nous hisser haut au fil des réseaux sociaux.

Quand l’ailleurs est près d’ici, rendez-vous à Abu Dhabi
Au début du mois, après 8 ans de travaux et au hasard de quelques clics, enfin découvrir le Louvre d’Abu Dhabi : Une architecture de Jean Nouvel terminait en 2017 qui tisse un lien essentiel entre deux pays et témoigne d’une culture, d’une histoire, d’une géographie, d’un climat… Un nouveau lieu, le 1er musée universel du monde arabe qui rend hommage aux artistes et aux « esprits rebelles ». Le nouveau Louvre qui incarne l’engagement de toute une génération pour notre jeunesse, ce Louvre qui nous ouvre les portes d’un nouveau monde !

 

Escale à New-York, mais enfin pourquoi ? « Whol Why Wurld »
Pour sa première exposition new-yorkaise, l’artiste américain Jess Johnson s’est associé au vidéaste Simon Ward pour animer une série de ses illustrations en 3D. Mais, cette oeuvre représente-t-elle une simple vision du monde kaléidoscopique ou une réflexion digitalisée sur la fabrique d’esclaves que serait devenue notre société ?

Maladie d’amour, maladie de la jeunesse…
Evidemment ce 14 février, ma Chérie Coco se fait porter pâle ! Henri Salvador nous quittait il y a 10 ans et aujourd’hui tu ressens encore tous les symptômes d’une maladie d’amour.

De la culture en réaction : pour gagner en impact, on pense « du tac au tac » !
Après avoir proposé pendant 4 ans des interviews  « EN TÊTE A TÊTE » avec des acteurs culturels et des communicants, la commission Com’& Culture de l’APACOM avec le soutien de la Pure Prod change de rythme et de format. Elle passe « DU TAC AU TAC ». Prêt ? On démarre, en mode brutal, avec Pascal Rigeade, directeur du  Musée de la Création Franche à Bègles (33).


26/02 – orientations à 26°
A l’aube de la fin du mois, l’urgence du temps qui passe nous fait parfois perdre le contrôle. Chérie Coco, à moi de te faire ce cadeau… Entrons dans un LABORA3, découvrons une vague hip-hop aux influences urbaines ou une variable géométrique aux dimensions ethniques. Touchons du doigt notre rêve systémique, un monde en 3D enfin réconcilié.
Concept et chorégraphie de Sadeck Berrabah , Bouzid Ait-Atmane & Ammar Benbouzid. by @HeroesFusion

Dans l'oeil de Chérie Coco

Chérie Coco : de l’art & du bio

31 janvier 2018
w09-12-02

Elle, c’est ma doudou, comme on dit là-bas : ma Chérie Coco !
C’est aussi et désormais un nouveau rendez-vous sur la planète Zen News : Chérie Coco rime avec réseaux sociaux ! Mais pas que… Je l’ai retrouvé un soir d’hiver, au hasard des rayons d’une librairie, on osa enfin se parler. Notre discussion nous entraîna dans la rue, depuis on se suit, on se voit, on se perd parfois, mais on sait qu’on va se revoir. Même quand le temps nous compresse, nous oppresse, quand la course ne nous permet pas de nous arrêter pour nous voir, voilà qu’Esther m’envoie des cartes postales. Une relation épistolaire ? Non, non, plutôt un concours de pêche à la ligne ou de pige en ligne. Dans ces / ses  échanges on se retrouve, on nous retrouve. On passe de Chérie Coco à Chéri & Coco !
Notre amitié s’emmêle dans les fils de nos actualités et se mêle au fil des pépites du web. Au grès des pouces en l’air, des coeurs avec les doigts, voilà que j’aime ma Chérie Coco autant que ma Wando-Wanda.

TOP DÉPART #1
En 2018, prenons le rythme, le gris de janvier nous laisse entrevoir de l’art, du beau et du bio. Allumons nos écrans et ouvrons grands les yeux, il fait beaux sur nos réseaux sociaux.

Début janvier, en véritable précurseuse Marguerite Duras nous prédit l’an 2000
Loin du fantasme de Monopolis, nous voilà noyé dans l’information. Ça y est, seul au milieu de tous, nous voyons tout mais ne vivons plus. Il nous reste la mer et la lecture.

Mi janvier, pensons bio et promettons-nous déjà une chandeleur en mode detox.
Découvrons les green crêpes !

J’ai soudainement des envies de voyage. Mais j’ai la flemme ! Alors, comment s’évader sans bouger de chez-soi ? Il suffit parfois de réveiller la Belle Endormie pour retrouver Bordeaux, la Belle Envolée : une ville perdue dans la tournante de mouvements poétiques.

En cette fin de mois, arrêtons-nous pour explorer nos signes intérieurs de richesse. Chantons « cet air » exprimant la nostalgie d’un Paris et d’un Bamako qui n’existent plus, d’une légèreté qui a disparu, d’un avant et d’un après. Mélancoliques et heureux, redécouvrons M dans « Lamomali » et célébrons la vie dans sa fragilité. Evidemment, impossible de ne pas saluer le virtuose de la kora Toumani Diabaté et la grande chanteuse Fatoumata Diawara.
NB) Dernière minute, le vendredi 9 février : L’Album Lamomali de -M-, Toumani Diabaté, Sidiki Diabaté et Fatoumata Diawara a reçu le prix du meilleur album de musiques du monde aux Victoires de la Musique 2018.

 

 

Veille

Com & Culture : toujours ensemble

30 janvier 2018
"Voyage autour de la Lune" de Ila Bêka & Louise Lemoine (2016)

A  l’occasion de l’Assemblée Générale de l’APACOM (Association des Professionnels de la Communication), il convient de revenir sur les actions menées et ici de dresser un bilan de la Commission Com & Culture que j’ai l’honneur de diriger aux côtés de 8 personnes formidables.
Merci à Magali Balech, Valérie Becquelin-Gleizes, Camille Bourguet, Olivier Chane-Pane, Muriel Cultot, Anne-France Farré, Séverine Loyer-Adnet et Barbara Riff
Une pensée à Lise Harribey & Emélie Gooding

En 2017, la culture nous relie
« Dans les heures les plus sombres, la définition d’une oeuvre de qualité est celle qui circonscrit et ranime, au bouche-à-bouche si besoin, ce qu’il reste d’humain, de magique, de rayonnant en dépit de l’obscurité. »
David Fister Wallace in « Infinie Comédie »(1996)


En résonance aux voeux 2017 du Ministère de la Culture et de la Communication

Si le dialogue est difficile, si les mots sont parfois violents, la culture est bien souvent ce qui rend la discussion possible. C’est d’ailleurs en ce sens que la Commission Com & Culture de l’APACOM puise encore aujourd’hui sa raison d’être. Il s’agit pour nous :
– de défendre une vision plurielle de la communication, riche de nombreuses propositions culturelles,
– de dépasser des identités figées pour donner d’autres moyens, d’autres ambitions à nos métier,
– et de favoriser bien-sûr toutes les expressions qui visent à transmettre des messages en liberté de parole et de culture.

En dépassant toujours l’offre touristique, la Commission a souhaité s’engager davantage et donner une plus large place à la culturenotamment en écho à la loi CAP relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine (2016) qui nous y invite fortement -. Nous sommes ainsi partis à la découverte de nouveaux équipements culturels / lieux de communication, nous avons soutenus des initiatives ou encore accompagner des créations pouvant être perçues comme de nouveaux espaces / moyens d’expression.

Au delà, en 2017 nous avons ouvert davantage les portes de la culture, proposant souvent une offre « hors format » et hors les murs (souvent en bateau), plus proche de nos adhérents, en ne touchant pas uniquement que des publics initiés.
Défendre la création, la communication, nos valeurs, nos métiers et les valeurs de notre culture communicante, c’est ici que réside le coeur de notre engagement.

Et si la Commission permettait aussi de porter une autre vision sur notre environnement : accueillir la diversité du monde, la découvrir et la comprendre ?
En conjuguant Communication & Culture, nous essayons  d’aller contre l’ignorance, contre la fragmentation : lier les réseaux de communication avec ceux de la culture, c’est aussi créer, fabriquer et rééquilibrer les valeurs.

C’est pourquoi, en répondant à de nombreuses sollicitations, en tissant des partenariats et en osant créer des surprises, la programmation 2017, nous a permis de nous retrouver en confiance, d’être là toujours ensemble, en n’oubliant jamais que la communication nous rapproche et que la culture nous relie.

« Voyage autour de la Lune » , film d’Ila Beka et Louise Lemoine (2016)
Un journal urbain, une errance personnelle qui dessine les lignes d’une carte émotionnelle de la ville de Bordeaux.

Bilan 2017 :

  • 6 rencontres :
    * à la Cité du vin – un monde de cultures : Levons nos verres à la culture : quelle offre culturelle pour la Cité du Vin ?
    Quels messages se cachent derrière ce geste architectural fort ? Quelle ivresse renferme cet étrange flacon ?
    Quelles ambitions affichées, quels choix privilégiés ? Quels contenus, pour quels partis pris ?
    Quelles orientations données au programme culturel ?
    * autour de Paysage Bordeaux 2017 : Zoom sur une saison culturelle aux ambitions métropolitaines
    Explorer la thématique « des paysages » architecturaux, patrimoniaux, naturels, intimes et imaginaires / Découvrir les grands rendez-vous et temps forts de la programmation & les artistes associés à l’événement / Comprendre enjeux d’une saison qui illustre également la politique culturelle de la ville partagée par tous les partenaires du territoire.
    * autour de Bordeaux Fête le Fleuve : Prenez part à la « parade des héros »
    Croisière de présentation de l’édition 2018 : découvrir le programme et les enjeux de communication
    De 2007 à 2017, Bordeaux s’est réveillé, s’embellit, agrandit… Et au milieu coule une rivière, La Garonne qui reste témoin majeur de cette belle évolution. Alors, en 2018, pour la 10èmeédition Bordeaux fête le fleuve  la ville vous promet l’aventure – Lire la suite
    * au Cours Florent à Bordeaux : Quand l’APACOM fait sa rentrée au Cours Florent
    Visite du lieu / Offre pédagogique / Ambitions partenariats / Rencontres
    * autour d’Agora 2017 : Com & Culture à l’heure d’Agora
    Invitation à vivre un week-end particulier avec 2 rendez-vous singuliers : un Rallye avec le CAUE de la Gironde & Une croisière avec le 308 – Ordre Régional des Architectes.
    * autour du Label Unesco au CIAP Bordeaux : Port de la Lune / Unesco, 10 ans / 10 regards
    Découvrir le Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine à Bordeaux / Visiter l’exposition et comprendre le classement Unesco.
  • 1 opération pendant les Journées Agences Ouvertes
    « 1 Agence / 1 Artiste » – Un 4e opus, toujours aussi créatif !
    1 jour, 1 parcours, 15 agences ouvertes en partenariat avec Collège Agence / Com’Avenir
    Si chaque agence prône une culture, définit sa culture : Street-art, opéra, culture web, peinture, sculpture, littérature, musique, cinéma… Quelles sont vos inspirations ? Dévoilez-nous ces goûts qui guident vos créations. Soulignez l’une des facettes importante de votre métier : la créativité. Valorisez vos contenus et partagez avec nous ce qui vous anime vraiment. Cette année, revenez à l’essence de votre talent.
    Télécharger le programme de l’édition 2017

 

une chaîne vidéo / avec le soutien de la Pure Prod
& un fil d’actu #
cometculture

BO du dimanche soir

Un dimanche de janvier

28 janvier 2018
2ef24db42010a7b7d9bf1eb4d1f8214553d12ac4

C’était un vendredi 13 / Déjà 3 ans…
Des coups de feu et puis plus rien. Plus rien  avant la suite, avant d’oser sortir, avant de vivre et de rire à nouveau
Janvier 2018 et des notes qui me reviennent… Le souvenir de dimanches de janvier, de nouvelles mélodies à partager, mais ne pas oublier ce dimanche de janvier.
« Des millions de regards / Et de larmes à peine essuyées / Des millions de pas sur les boulevards  /Un dimanche de janvier /J’avais ta main petite / Dans la mienne recroquevillée / Nos cœurs battaient / De plus de en plus vite  / Ce dimanche de janvier. »

  • Dimanche 7 janvier – Une minute de silence

La chanteuse France Gall est décédée ce dimanche 7 janvier à Paris à l’âge de 70 ans. Des Yéyés à Berger, ses chansons rythment nos vies depuis 50 ans, elle emporte avec elle nos souvenirs musicaux les plus romantiques.
NB) En février 2018, les Victoires de la Musique lui rendent – Evidemment – un dernier hommage.

  • Dimanche 14 janvier – Le temps d’une fugue

Prendre le temps de sortir, de courir après Bastille, à la découverte de l’Opéra… La 3ème scène nous invite ici à prendre part à une déambulation joyeuse, une visite libre et enfantine : du plateau, à la salle en passant par les ateliers. On tente d’attraper ces deux enfants qui gambadent, apprennent, rencontrent et écoutent, en poursuivant désormais les rêves de ceux qui travaillent dans la maison. Ils s’échappent et font vivre l’Opéra Bastille différemment. Ils nous offrent une autre manière de voir, un nouvel accès à l’Opéra et à la Culture. Une course finement écrite par le chorégraphe Thierry Thieû Niang.

  • Dimanche 21 janvier – Au ras du sol

Au plus bas, au plus haut… Tout le monde s’est déjà retrouvé plongé au coeur du grand huit de la vie ! On tombe aussi vite qu’on s’envole. Ici, la chanson n’a donc rien d’extraordinaire, à ceci près qu’elle souligne avec simplicité une belle complicité mère / fille. Un joli clin d’oeil signé Alex Beaupain pour le film en demi teinte « Brillantissime » de Michèle Laroque sorti récemment.

  • Dimanche 28 janvier – De belles couleurs

Facile de hisser les couleurs, c’est trois fois rien. Aujourd’hui, on joue et on se joue souvent des symboles. Sous un air naïf, Ronan Luce et ses aides de camp partent en croisade et chantent la liberté : le blanc, le jaune, le noir,… quelle importance ! Au rang des apparences, ces couleurs sont accessoires. Le 3ème combat du Soldat Rose se cache ailleurs : jouer une mélodie enfantine pour faire jaillir la beauté intérieur, apprendre à faire la part des choses, c’est plutôt là que se cache le secret de son retour : il revient encore et toujours pour défendre… l’amour.

Zoom

Comme un lundi…

15 janvier 2018
mental-health-shutterstock

Édito #1 : le 15 janvier, moi ? ça va…

Parce que le 15 janvier est désormais connu du monde entier comme le jour le plus déprimant.
Ce matin où moi aussi j’ai osé dire NON !
Certains diront  : « C’est pas trop tôt. » / D’autres penseront : « Jamais trop tard. »
Evidemment, quelques-uns y verront une de mes bonnes résolutions, mais peu se douteront qu’il s’agit simplement d’un mal de saison. En 2018, le Zen News est de retour. Désormais, il ne mâche plus ses mots.

 

Déjà le dimanche soir sentait le blues
… l’eau du bain, le bain de mousse,  les mousses de bulles, la bulle de blues.

« On ne met pas la table, on ne fait pas un vrai dîner. Chacun va tour à tour piocher au hasard de la cuisine un casse-croûte encore endimanché – très bon le poulet froid dans un sandwich à la moutarde, très bon le petit verre de bordeaux bu sur le pouce, pour finir la bouteille. Les amis sont partis sur le coup de six heures.Il reste une longue lisière. On fait couler un bain. Un vrai bain de dimanche soir, avec beaucoup de mousse bleue, beaucoup de temps pour se laisser flotter entre deux riens ouatés, brumeux.  Le miroir de la salle de bains devient opaque, et les pensées se ramollissent.
Surtout ne pas penser à la semaine qui s’achève, encore moins à celle qui va commencer.
Se laisser fasciner par ces petites vagues au bout des doigts fripés par la mouillure chaude.
Et puis, quand tout est vide, s’extirper enfin.
Prendre un bouquin? Oui, tout à l’heure. À présent, une émission télévisée fera l’affaire.
La plus idiote conviendra. Ah – regarder pour regarder, sans alibi, sans désir, sans excuse!
C’est comme l’eau du bain: une hébétude qui vous engourdit d’un bien-être palpable. On se croit tout confortable jusqu’à la nuit, en pantoufles dans sa tête.
Et c’est là qu’elle vient, la petite mélancolie. Le téléviseur peu à peu devient insupportable, et on l’éteint. On se retrouve ailleurs, parfois jusqu’à l’enfance, avec de vagues souvenirs de promenades
à pas comptés, sur fond d’inquiétudes scolaires et d’amours inventées. On se sent traversé.
C’est fort comme une pluie d’été, ce petit vague à l’âme qui s’invite, ce petit mal et bien qui revient, familier –  c’est le dimanche soir.
Tous les dimanches soir sont là, dans cette fausse bulle où rien n’est arrêté. Dans l’eau du bain les photos se révèlent. »

Philippe Delerm in, « La première gorgée de bière, et autres petits plaisirs minuscules »

Et d’un coup, c’est lundi…

Alors quand sonne le réveil, j’ai juste pas envie. La matinée se traine et quelque soit l’heure, je n’ai pas le coeur…

A 11h, j’ai beau inclure – croire en la reconnaissance valorisée, aux vertus du développement, à l’implication et à l’engagement ; j’ai beau compter sur la proximité et même aller jusqu’au bien-être. Rien ! –  ou déclure – frapper, taper, cogner, danser, marquer le temps de la séparation –, mes collègues ont beau être des Anges,  j’ai juste des envies de Nesting. Non pas de Nestea, ayant toujours préféré la fausse nature du May Tea, mais bien de Nesting.
S’il vous plait, offrez moi une RTT, un vrai moment de pause en français !

Offrez moi un moment de sitting, un vrai rêve en nesting : une journée pour rester chez moi, pour simplement rallongé le weekend ou totalement m’abandonner : « Je ne suis jamais bien nulle part, et il me semble toujours que je serais mieux ailleurs que la où je suis. »

Alors, donnez-moi le droit de déprimer franchement. Allez, faites-moi ce cadeau. Aujourd’hui, je ne subirai plus, je n’agirai plus non plus (promis je vais essayer). Me voilà un proactif de dépression, excusé par le calendrier et salué par la mondialisation. J’annonce, le 15 janvier c’est ma journée, c’est scientifique et prouvé : c’est le jour le plus déprimant de l’année !

  • forcément un lundi, premier jour d’une longue semaine,
  • plutôt vers la fin du mois, mais pas trop, quand le salaire n’est pas encore tombé,
  • quand les finances sont déjà au plus bas, quand on a déjà tout donné pour les dépenses des fêtes de fin d’année,
  • quand Noël est déjà loin et les résolutions du Nouvel An presque oubliées,
  • quand la météo ne semble pas vouloir nous aider.

Un jour déal pour entamer une démarche vers la reconnaissance névrotique : comprendre qu’aujourd’hui je ne suis pas à Paris, que je suis loin du Spleen et plus proche de Mike Brant que de Baudelaire : j’en suis même à accepter mes envies suicidaires.

En ce lundi 15 janvier, je n’ai plus grand chose à défendre, plus la fougue des grands projets, plus d’évenement à organiser, mes perspectives semblent limitées. Me voilà totalement largué, emporté par le règne du rien !

Mais rien est souvent ce que l’on fait de mieux – alors LESS IS MORE
Rien c’est ce que l’on dit de plus fort – alors SILENCE
Mais, si rien n’est pas rien, le rien peut sans doute évoquer autre chose. Le rien peut parfois être riche DU PLEIN ?

Réveillons-nous, il est 6h42, c’est 3ème lundi de l’année, celui où il fait bon déprimé car c’est fixé au calendrier. Comme c’est écrit, aucune envie de se forcer… Comme un lundi, il flotte aussi une envie saine,  celle de démarrer la semaine. Et pour le reste, croyez-moi, ça ira mieux demain.

Veille

Dans tous les sens #FB14

7 juillet 2016
FACES B 14

A LA UNE // Faces B #14 – Dans tous les sens photo réalisée par Anthony Rojo avec la complicité de Mathieu Devaux-Sabarros

Entre l’essence et les mots, donnez du sens à votre été :
découvrez le nouveau FACES B #14

13654138_10154390034984044_88996851436234561_n


Sur un air d’Eurovision, j’apprivoise mes obsessions.

En écoutant la France, « j’ai cherché un sens à mon existence » !
Tout me pousse à une recherche constante, sans avoir peur des contre-sens. Quand j’écris, je m’accroche au sens organique du texte, pour dépasser tout monologue et permettre une conversation. Quoi que j’éprouve, je tente d’habiter ma vie dans son intensité naturelle. Soudain, je le trouve :
tel un point de repère me donnant l’envie d’être moi, c’est lui le sens de mes pourquoi !

Faces B / N°14 – Été 2016 – http://facesb.fr/
magazine gratuit en ligne… Bonne lecture !

Zoom

Quand la culture nous (r)apporte !

20 juin 2016
LesColonnesDeBuren_02

Le jeudi 16 juin dernier, l’APACOM et la Commission Com & Culture était heureuse de se rapprocher du Cac33 pour participer à un échange mêlant art, culture, mécénat, architecture… mêlant beaucoup de sujets. trop de sujets (?)
Justement, comment faire pour les introduire ? J’ai choisi de le faire de manière subjective, humoristique voire philosophique. En comptant sur la clémence des intervenants.

définir l’Art…

C’est concevoir à une activité fabricatrice de l’homme (par l’homme) ; c’est aussi entrevoir les techniques, de celles qui nous invitent à la connaissance, à la pratique d’une discipline intellectuelle… Mais, stop voilà qu’on entre dans la catégorie « Beaux-Arts » : de tout ce qui est étiqueté, où tout y est labélisé : on glisse doucement vers l’œuvre d’art. Nous pouvons l’apprécier comme la critiquer… A chacun sa passion de l’art : quand l’amour de l’art (celui qui apporte) cohabite avec « l’amour dollar » (celui qui rapporte).

envisager la Culture (en opposition à la Nature)…

C’est souvent y associer des comportements et y attacher une certaine idée de reconnaissance : « C’est sûr, c’est un homme de culture, il en a de la Culture ! »… Entre cultures légitimes et cultures populaires, à chacun ses déclics, de ceux qui nous font, qui nous portent et nous apportent…

Mais la Culture rapporte aussi : rappelons-nous qu’elle contribue 7 fois plus au PIB que l’industrie automobile. En 2014, elle ne représentait pas moins de 57,8 milliards d’euros, 670 000 emplois, et 3.2 % du PIB de la France. Pas de doute, la culture c’est vendeur !

le mécénat, ce n’est pas nouveau…

Tout commence il y a 13 ans déjà quand la “Loi Aillagon” tend à cadrer, accompagner les pratiques de mécénat culturel. Alors oui ! Pour bon nombre d’entre nous le mécénat culturel peut être un bon moyen pour communiquer autrement. Mais sait-on vraiment ce que recouvre ces actions, quels sont les intérêts pour vos structures (images, dispositif fiscal). Que suppose un tel engagement et comment le mettre en place ?

4rf29-logo_formulaire_copie « Le mécénat culturel : vecteur de développement de l’entreprise » publié le 29/11/2013 par l’APACOM

parler d’architecture…

Loin des postures et des signatures, c’est avant tout fabriquer, participer au « bien construire », défendre une certaine idée de la qualité de vie. C’est

considérer des objets, des images, des usages, mais aussi donner la parole à des archis, femmes et hommes de l’art, car architecte est un « métier d’art »… Allez sensibilisons d’art / d’art ! En architecture, on pratique et on donne à voir.

Mais pour que ce débat nous rapporte,
laissons la parole à nos ambassadeurs, à ceux qui nous apportent

4rf29-logo_formulaire_copie Retrouvez la synthèse des échanges…

BO du dimanche soir

Belles Destinations

31 janvier 2016
2016-01_BO

#01.16 / entrez dans le bal au rythme des #BO du dimanche soir

Absente des objets traditionnels de la sociologie de l’art, ne relevant pas de la sociologie du sport, la place des danses de couple occupent une place marginale. Elles représentent pourtant une pratique culturelle aux multiples dimensions agissant : mixité sexuelle, négociation des identités de genre, espace de rituels, processus de transmission, codification, fonctions sociales…
Comme lieu de pratique stéréotypé, le bal a connu un âge d’or, un déclin et un renouveau :

« L’histoire sociale du bal au XXe siècle semble dessiner une évolution en miroir entre la société et la danse: lorsque la vie est imprégnée de solidarités, les danses sont collectives, lorsque émerge le couple, les danses de couple se développent, et lorsque l’individualisme s’impose, les danses individuelles l’emportent. »
Le sociologue Christophe Apprill confirme cette évolution globale dans son ouvrage « Sociologie des danses de couple » (2006).

Du bal à la discothèque, la danse évolue en même temps que la société. Toutefois, en mettant en scène (par un protocole codifié) les relations de genre entre homme et femme au cours d’une parenthèse sociale – l’homme guide, la femme suit, le tout sous le regard des autres – les bals apparaissent comme de véritables phénomènes populaires et intergénérationnels.

En janvier, ces bals nous promettent de « belles destinations » et  inspirent les #BO du dimanche soir :

  • Dimanche 03 – vers l’au-delà

En 2016, « Delpechons-nous de vivre » ! Nous ouvrons juste le bal pour un flirt, le dernier flirt d’un grand chanteur.
Sur une musique de Roland Vincent qui traînait là, au hasard, Michel Delpech développe des idées, des petits chapitres sur un ton plutôt récitatif. Il trouvait ça marrant de se prendre pour cible « car l’uniforme du chanteur, le costume blanc, on est quelques-uns à le porter » disait-il. Au lendemain de sa mort, je me souviens d’un chanteur populaire dont l’oeuvre inspire encore… de jeunes chanteurs, de grands acteurs et mêmes des communicants comme moi.

  • Dimanche 10 – un weekend nostalgique

Paris, entre pages blanches et euphories… Vickie Chérie et Leo Bear évoquent l’année à venir au passé et déguisent ainsi une déclaration d’amour en chanson d’anticipation. Emportés par le bal, ils se souviennent de ce temps là et commencent à chanter : une rencontre au lycée, qui est devenue depuis un couple et un groupe : The Pirouettes.

  • Dimanche 17 – un irrévocable retour

« Le cœur de Paris, c’est une fleur d’amour si jolie que l’on garde dans son cœur, que l’on aime pour la vie. » chantait Trenet.
Parti chanté en tournée en Amérique, il est soudainement pris du mal du pays  et rentre brusquement. Dans l’avion, il composa une chanson. Il lui arrivait aussi, quand lui prenait l’envie, de la chanter en anglais : « Hello Paris ».
Adieu Trenet / Bonjour Biolay… qui propose un autre regard sur l’artiste. Loin d’un hommage académique, ce « Revoir Paris » apparaît comme un signe de réconfort adressé à la capitale, un regard bienveillant posé sur ses habitants.

  • Dimanche 24 – un exotique ailleurs

Au lendemain d’une soirée bien arrosée, mes souvenirs sont réactivés par un air connu : 1990 je me souviens, quand la petite sourie me porta une K7 audio de la Compagnie Créole… Aujourd’hui, avec un verre de rhum arrangé nous voilà emportés par le Ballet Exotic de la Martinique ! Ce chant paraît dansant et festif mais il reste teinté de grève, de lutte ouvrière et de l’ambiance d’un certain 26 mai 1967.
En ce sens, l’historien Jacques Adelaire-Merlande in « Les origines du mouvement ouvrier en Martinique de 1870 à 1900 » confirme que la chanson populaire occupe une place non négligeable dans  l’étude des luttes ouvrières. Celle-ci s’affiche d’ailleurs comme une source indispensable pour saisir le contexte des événements politiques et des grèves, ici non dissociables de l’Histoire des arts.

  • Dimanche 31 – un lointain voyage

Enfin là  & déjà loin… c’est un peu de cette manière que je reçois le dernier opus qui semble désormais assumer sa pleine normalité. Quel plaisir de retrouver Alex Beaupain sans fioriture ! Son « Loin » au parfum souchonien, nous replonge dans une jeunesse où se mêlent souvenirs fanés et illusions perdues.

31 janvier, je boucle mes voyages et termine mes bagages musicaux,…
en feuilletant un livre d’image, des cartes postales subtiles toutes différentes :
Je t’envoie un « Je te supplie », je côtoie « Van-Gogh », en (re)passant  par la sublime « Rue Battant »,
… en n’oubliant rien de ces belles destinations.

Veille

Du côté de chez soi #FB12

22 octobre 2015
2015-10_FB

à pas menus, le bel Automne est revenu :
venez faire un tour du côté de chez-soi !

FacesB12_NC

Portrait d’Anthony Rojo – octobre 2015

Nous avons déjà tous ressenti le bonheur de rentrer « chez-soi », comme celui d’atteindre l’objet d’une quête. Mais l’avons-nous déjà envisagé ? Ensemble, sur le seuil de notre « chez-nous » essayons de le chercher, de le comprendre voir de s’y retrouver…

Après l’agitation de l’été, je crains parfois me retrouver loin du monde, à distance de la société. Or, quand on en est sorti, difficile d’y entrer à nouveau ! Alors, même si j’éprouve rapidement le besoin de reprendre ma place dans « l’animation du dehors », j’aime aussi pouvoir rentrer à la maison. J’apprécie y être seul pour me ressourcer, mais aussi pour donner du sens au « chez-soi». Ici où tout est calme, apaisé.

2 chaises / 1 table / 1 lit / 1 toit / peut bien résumer mon « chez-soi »… 31 ans peuplés de rêves en grand, bienvenue chez moi !

 

Pour partager avec nous l’aventure FACES B,
Suivez nous sur Twitter, retrouvez-nous sur Facebook
N’hésitez pas à nous contacter !

FacesB12_equipe

Un comité de rédaction, chacun chez soi ou ensemble dans le même lit !

Bonne lecture !

Zoom

Curieuses invitations : échantillons 2014

6 décembre 2014
expostephanepiedallugodd-Une

Tiens, c’est ma fête ! Aujourd’hui, mon téléphone sonne : 2 Curieuses !
« Pourquoi ne pas poser tes mots chez nous ? Tu as carte blanche, ça te tente ? Viens comme tu es, avec du toi dedans… »… Emu de cette « curieuse invitation », je me suis demandé, pourquoi moi, ici et maintenant ? Vraiment aucune idée.

Ne sachant pas quoi raconter, je me rappelle avoir regarder dans le rétroviseur. En ramassant mon passé, je me surprends alors à leur livrer des échantillons vécus. 2014 morceaux pour me raconter :


    • Quoi de mieux que plonger dans un bain de mousse, pour se remettre des émotions du mois passé ?
      Merci Matilde Monier, nous sommes déjà en FEVRIER !

    • En MARS, je me sens léger dans l’air de Pneuma, d’un blanc pur où l’émotion peut à elle seule incarner le sens.

    • 1er AVRIL je m’engage pour les « Agences Ouvertes » !!! Pour de vrai, sans blague, je cherche tout ce qui pourrait enfin rapprocher une agence de communication, d’un artiste en pleine action… Et Bordeaux se met à danser !

    • MAI, voilà que Pierre Soulages a enfin son musée, il nous invite à voir le noir derrière le noir…

    • Puis je poursuis ma route les pieds nus. Nous sommes déjà en JUIN !

2014 – je suis trentenaire
et je marche tranquillement sur le chemin des Curieuses